Sur la mer - vers spirituels

Publié le par Laurageai

Quand j'étais en Russie, j'ai découvert, avec les folkloristes et les cosaques, ce qu'on appelle des "vers spirituels". Ces vers sont des chansons populaires à thème religieux. Les vieux-croyants, les différentes sectes qui en dérivaient, en avaient tout un répertoire. Avant la révolution, des infirmes les chantaient sur le parvis des églises en s'accompagnant à la vielle à roue. Cette vielle russe, surtout répandue en Ukraine et en Biélorussie, était moins raffinée que la vielle européenne et avait un autre usage, plus proche de celui de la chifonie au moyen-âge. J'en ai acquise une auprès d'un folkloriste qui en fabrique et c'est lui qui m'a donné l'essentiel des vers spirituels que j'ai appris.
Jusqu'à présent, je n'ai pas pu découvrir de véritable équivalent français à ces vers spirituels. Nous avons des chants de Noël, des chansons de quête, ce que les Russes ont aussi. Nous avons des complaintes à thème religieux, souvent moralisantes ou dramatiques, mais je n'ai pas encore trouvé dans notre patrimoine, que je connais hélas assez peu, ces merveilles méditatives que sont les vers spirituels russes (ou ukrainiens, ou biélorusses). On m'a dit que cette tradition existait en Serbie.
Me trouvant désormais en France, il m'est venu à l'idée d'adapter ces vers, au plus près de la mélodie et du texte initial, mais en prenant quand même d'indispensables libertés, afin de les faire éventuellement vivre et s'implanter chez nous, au moins parmi les orthodoxes, de la même manière que, sur un plan liturgique, on a réussi à fondre de façon organique les traductions françaises des textes sacrés avec les mélodies byzantines.
Il va sans dire qu'en se francisant, et même en m'efforçant de rester le plus fidèle possible au modèle, ils prennent une couleur différente, mais c'est peut être ainsi que doit agir toute influence fécondante. Il m'arrive aussi de composer des vers spirituels ou des chansons religieuses marquées par cette tradition.
Un ami folkloriste me disait que, même en ce qui concerne le répertoire russe, le plus fidèle des compilateurs ne chantera pas les chants de ses ancêtres de la même manière, car il n'est plus dans le même environnement. Pourtant, il me semble indispensable que ces étincelles continuent à circuler, d'une lampe à l'autre, dans nos nouvelles et discrètes catacombes.
 

 

Sur la mer, la mer, sur la mer d’azur

Refrain : Pour toi, mon âme, le clair paradis

Vogue, vogue, vogue un bateau tout neuf

Sur ce beau bateau, sur ce bateau neuf

Deux anges gardiens tout resplendissants

Vient à leur rencontre le Seigneur lui-même

Anges, mes saints anges, d’où donc venez-vous ?

Qu’avez-vous donc vu, qu’avez-vous donc ouï ?

Ah nous avons vu, ah nous avons ouï,

Quand l’âme et le corps se disaient adieu

Se disaient adieu et se séparaient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Vers spirituels

Commenter cet article