Le cercle cosaque

Publié le par Laurageai

 

 

Dans leurs voix ceux qui chantent viennent du fond des âges,

En file, en caravane, à cheval, en armure,

Ou bien en foule à pied, vêtus de simple bure,

De lin ou de brocart, les voici qui voyagent,

Nous portant le butin de leurs anciennes guerres,

Les larmes de leurs femmes, les plaintes de leurs mères,

Leurs ferventes prières, leur sévère courage.

 

Dans leurs traits familiers surgissent les visages

Des ancêtres perdus et soudain retrouvés

Qui viennent par leurs bouches sur nos cœurs projeter

Le reflet trépidant des chevauchées sauvages,

Et le sang répandu sur la gloire des bannières,

Les ors et les flambeaux  des processions altières

Suivant au fil du temps leur éclatant mirage.

 

Hurlant avec les loups, leurs voix aux quatre vents

Jouent sur l’argent des fleuves et le velours des terres,

Le secret des forêts et le blé dans les champs,

Mêlant au cri hagard du rapace enivré,

Des carillons dorés volés aux monastères

Où parfois l’un d’entre eux, las de trop guerroyer,

S’en allait racheter  des siècles de misère.

 

 

Laurence Guillon

Publié dans les chants perdus

Commenter cet article