Fleurs séchées

Publié le par Laurageai

Gabriel-Pleynet--Madeleine-Pleynet--leurs-5-filles-et-Laure.jpg

Il me vient d’autrefois des souvenirs fanés,

Les bruits et les odeurs de nos anciens étés,

Leur charme désuet et leur jeune soleil

Qui venait en dansant dans ma chambre, au réveil.

Se mirer, malicieux, dans l’ovale miroir

Qu’au matin lui tendait la vénérable armoire.

Sur ses pas résonnaient les trompettes des coqs,

Jetant de tous côtés de rauques entrechocs.

Dans ses brillants cheveux, le vent jouait, joyeux,

Paissant le blanc troupeau des nuées au pré bleu

Qu’au travers des rideaux me découvraient les cieux.

 

Je me souviens de toutes les roses

De ce jardin où j’ai grandi,

Où mon âme encore se repose

Avant de s’en aller d’ici.

La vie, c’était bien autre chose

Que ce qui finit aujourd’hui.

Les pâquerettes, les primevères,

Les bleus iris et les soucis,

Les robes sur l’herbe épanouies

Des sœurs si gaies et si jolies.

Je me souviens du cimetière

Où penchée sur son tombeau gris

Je venais visiter mon père

Priant que ni maman chérie,

Ni moi n’allions jamais sous terre.


Commenter cet article